Huit règles pour le choix d'un bon associé

Huit règles pour le choix d’un bon associé

Vous avez enfin décidé de vous lancer dans la fameuse grande aventure de la création d’entreprise ? Bravo ! Vous faites encore partie des personnes porteuses d’espoir qui se donnent le droit de donner un défi à leur vie. Seulement, il va falloir vous forcer à comprendre et à admettre que toute entreprise est une organisation.

Une organisation, c’est tout simplement un système qui a été bien réfléchi et étudié de sorte à se parer de certains imprévus néfastes. Il vous faudra beaucoup de courage aujourd’hui et surtout savoir garder la tête froide. Porter beaucoup de charges sur ses épaules peut finir, à la longue, par nuire. Il est donc recommandé de prendre un associé pour faire un bout de chemin, voire même rester ensemble pour s’assurer de la pérennité et de la solvabilité de son entreprise.

Prendre un associé, c’est bien. Encore faut-il savoir le choisir. S’il faut toujours savoir jouer du bon sens pour pouvoir rester centré dans ses idées, il y a tout de même quelques précautions à prendre et surtout quelques avis à étudier et à ne pas mettre de côté. L’autre, votre double, est censé avoir été choisi avec précaution. On dira plutôt qu’il s’agira d’un mariage où il est plus que nécessaire de ne jamais penser au divorce. « Pour le meilleur et contre le pire !!! ».Il est donc nécessaire d’écouter certains conseils pour ne pas avoir à vivre dans le regret par la suite. En voici quelques-uns.

La certitude d’avoir besoin d’un associé

Avez-vous vraiment besoin de l’aide ou des compétences d’une autre personne ? Si vous avez fait le tour du sujet par rapport à vous-même, il serait peut-être plus prudent de prendre un collaborateur plutôt qu’un associé. Partager une aventure est certes plus plaisant, cependant, les chiffres le prouvent, 9 fois sur 10, les histoires se compliquent pour finir généralement au tribunal.

Ne jamais s’associer avec un proche

Vous avez certainement déjà entendu cette phrase souvent prononcée par de grands hommes d’affaires : « En affaires, il n’y a ni famille, ni amis ni religion ! ». Il est nécessaire de faire force de raison qu’il soit très important à ne pas confondre certains liens. Même si cela peut paraître paradoxal, il ne faut pas oublier que les exigences d’une société ne peuvent pas toujours permettre un certain laxisme qu’il serait facile d’octroyer à une vieille connaissance ou un membre de sa famille.

Prendre une personne complémentaire

Si vous décidez de prendre un associé, il faudra le choisir selon le principe du yin et du yang. Il doit absolument porter en lui les compétences que vous estimez ne pas avoir, ou alors, qu’il sache combler certaines de vos lacunes sans aucune difficulté. La complémentarité est plus que nécessaire. Les territoires sont bien définis et chacun se retrouve décisionnaire sur ses fonctions propres. Cela permet d’éviter beaucoup de discussions stériles et de perdre du temps.

Privilégier les entrepreneurs dans l’âme

L’autre, aimera-t-il braver certains défis ? Supportera-t-il les journées à rallonge aux heures supplémentaires interminables ? Supportera-t-il les mois difficiles ? Gardera-t-il son sang-froid malgré les coups durs ? Saura-t-il faire la part des choses quoi qu’il arrive ?  Il y a certainement d’autres questions à se poser, mais donner les réponses à celles-ci en premier serait une base pour envisager d’aller loin.

Avoir la même vision des choses

Pour avancer ensemble, il faut regarder dans la même direction. Il faut tout mettre, cartes sur table et exposer de façon claire sa propre vision de l’entreprise. Il faut vous assurer que vous ayez la même définition de la réussite et du futur de cette entreprise. Tout en évoluant, il faudra sans cesse communiquer pour garder le maximum de confiance.

Se fiancer avant de se marier avec son associé

Prendre son temps, c’est un temps gagné pour plus tard. Il est très important de travailler pendant un moment avec votre futur associé pour apprendre à connaître ses habitudes et sa façon de travailler. Si sa façon de faire ne concorde pas avec la vôtre, il est préférable de se séparer à l’amiable. Il faut savoir qu’il est plus difficile juridiquement de se séparer de son associé que de la personne avec qui on est marié.

Opter pour la meilleure forme juridique

Il est presque impératif de se faire accompagner au début par un avocat en droit des affaires pour comprendre les meilleures options par rapport aux statuts. La SARL est certainement l’option la plus souvent choisie. Il arrive cependant de voir de plus en plus de gens choisir la SAS du fait qu’elle soit un peu plus flexible et que l’on puisse en avoir une avec seulement un euro de capital.

Bien fixer les questions d’argent à l’avance

Enfin, en dernier conseil et pas des moindres. Établir, avant même le démarrage de l’activité toutes les questions autour de la rémunération ainsi que des partages des bénéfices. C’est très souvent à partir de ce moment que vous saurez, si en face de vous, vous avez vraiment un associé ou pas.

Il faut bien se mettre à l’esprit que chercher et trouver un associé c’est à peu près comme faire un pacte. Tout dépend de ce que vous attendez vous-même de vous-même et de votre entreprise avant tout, pour que, par la suite, vous sachiez faire le meilleur choix de la personne qui doit vous accompagner pour vivre cette expérience et cette union de la façon la plus favorable.

http://www.dynamique-mag.com/article/erreurs-ne-pas-commettre-associe.1988

http://www.guilhembertholet.com/blog/2014/04/11/sassocier-les-questions-a-se-poser-avant-de-faire-une-connerie-startup/


Laissez une annonce


 
×
CRÉER UN COMPTE VOUS AVEZ DÉJÀ UN COMPTE?
 
×
Vous avez oublié vos informations?
×

Go up