La permaculture sera t-elle l’avenir de l’agriculture ?

La permaculture est l’opposé de la monoculture (plantation de maïs, de blé, etc.). Elle s’apparente davantage à la création d’une situation de type chasseur-cueilleur. Une forêt alimentaire commence par une histoire d’arbres, la création de microclimats à l’aide de buissons, de plantes couvre-sol et de plantes vivaces. Une fois que votre système a atteint sa maturité, la nature commence à prendre le dessus. C’est comme créer son propre jardin d’Eden. C’est une forêt, mais vous choisissez ce que vous voulez planter et la nature fait le gros du travail. Vous n’avez pas besoin d’engrais artificiel car cela affaiblit les plantes. Vous pouvez inverser le processus de désertification. Si vous ne plantez pas quelque chose, quelque chose va pousser. Vous avez le pouvoir d’apporter des changements positifs, d’être autonome et de vous autosuffire. C’est presque spirituel. Vous commencez à comprendre que nous avons le devoir envers ceux qui nous succèdent d’être de bons intendants de cette planète. C’est de loin l’expérience la plus agréable. Lorsque vous voyez les animaux vivre en équilibre avec la nature, cela apaise l’âme en ces temps difficiles.

Il y a deux futurs éventuellement possibles pour la permaculture. L’un est la poursuite du modèle industriel : un système qui dégrade les sols et ensuite un future dans lequel la permaculture, respectueuse de la nature, a une place fondamentale. Ces deux futurs sont utiles pour comprendre comment l’agriculture devra fonctionner à l’avenir. L’avenir se situera probablement quelque part au milieu, mais ces deux futurs nous aideront à comprendre l’avenir de l’agriculture. Il faudra que la permaculture propose quelques idées pour sauver le système actuel, qui représente 98 % de l’agriculture actuelle, ou bien elle échouera dans les 50 ans à venir.

Certaines pratiques qui devront être mises en œuvre sont soit empruntées à la permaculture, soit partagées en accord avec celle-ci. On compte notamment :

  • la pérennité – remplacement progressif de certaines cultures annuelles par des cultures pérennes.
  • Polyculture – plantation de plusieurs espèces dans un milieu donné.
  • Couverture – plantation constante pour que la terre ne soit jamais dégradée par le vent et l’eau.
  • Semis direct – ne jamais labourer car cela brûle la majeure partie de la matière organique du sol et crée une couche arable riche qui peut contenir une immense quantité d’eau, comme une éponge… C’est une agriculture qui résiste au climat, et elle sera absolument nécessaire à l’avenir. Si la situation est vraiment grave, ces personne
  • sauront un temps d’avance sur nous. Il n’y a qu’à porter attention aux exemples déjà existants d’aquaculture qui serviront de base à la survie de l’humanité et qui permettront de reconstruire la civilisation.

 

Deux tendances qui convergent rapidement vont forcer un changement de paradigme dans l’agriculture beaucoup plus tôt que la plupart ne le pensent. Le changement climatique et la perte et la surutilisation de l’eau douce pour l’agriculture sont à l’origine de conflits. La production alimentaire a été un bon argument jusqu’à présent, mais lorsque les citadins commenceront à manquer d’eau, cet argument s’estompera. À ce moment-là, l’agriculteur devra s’adapter ou abandonner l’agriculture – le vol d’eau sera l’argument principal.

https://www.consoglobe.com/petites-fermes-micro-fermes-avenir-de-lagriculture-cg

https://avenirpermaculture.fr/du-conseil-un-design/agriculture-les-solutions/


Laissez une annonce


 
×
 
×
Vous avez oublié vos informations?
×

Go up