obsolescence

Comprendre l’obsolescence programmée

Savez-vous ce qu’est l’obsolescence programmée ? C’est un ensemble de techniques étudié par les industriels destiné à la réduction de vie ou d’utilisation d’un produit. Dans quel but ? Tout simplement pour augmenter le taux de remplacement de ce même produit. Il n’y a pas besoin de faire partie des plus fervents écologistes pour dénoncer la non durabilité planifiée de la plupart des objets électroniques qui, dans certains cas, ont une vie programmée sur un temps déterminé. L’informatique, la téléphonie et l’industrie automobile sont un parfait exemple de la stratégie de production régulière. De nouveaux modèles démodent les séries précédentes et poussent les consommateurs par le biais de design nouveau ou de soi-disant techniques innovatrices à faire de nouveaux achats. La publicité fait son devoir de relais incessant pour entretenir l’idée de « l’obligation »de ne pas se laisser dépasser et d’être sur la place.

L’industrie automobile

Dans l’industrie automobile, c’est certainement Ford qui, subissant la concurrence de General Motors dans les années 30 établira la première stratégie de la production régulière de nouveaux modèles afin d’en démoder les précédents. Chevrolet avait opté pour un recarrossage annuel afin de redessiner et masquer le design ancien des voitures. Par la suite, l’électronique et la technologie évoluant sans cesse, la plupart des concessionnaires automobiles ont finalement opté pour la création de plusieurs modèles chaque année. Il y a donc l’embarras du choix.Le consommateur peut largement et facilement s’identifier aux produits proposés. De nos jours, il est parfois possible de connaître un modèle de carrosserie dont la sortie est prévue plusieurs mois plus tard. Cela donne sans cesse un avant-goût de la mode à venir et permet aux publicitaires comme aux concessionnaire de préparer leur stratégie de vente alors que d’autres modèles futurs sont déjà en étude. Tout est fait pour pousser à la consommation.

L’informatique

Si au début, l’évolution de l’informatique et des ordinateurs était presque considérée comme un phénomène logique couplé de bon sens, il va sans dire que les industriels ont vite compris la manne financière qui allait pleuvoir sur eux et se sont vite frotté les mains de tous les bénéfices qu’ils allaient pouvoir faire grâce à l’évolution technologique. On pourrait presque avouer que c’est de bonne guerre.Mais, que penser d’un industriel comme Dell, qui insère un programme informatique dans les ordinateurs dès la commande de ceux-ci afin qu’ils tombent en panne à une date précise, comme par hasard, souvent, tout juste une semaine après la fin de la garantie. Les réparations coûtant aussi cher que l’achat du neuf, les consommateurs étaient parfois piégés via les relances téléphoniques ou par mail pour inciter à acheter un nouveau modèle. Certains écrans de grandes marques comme LG étaient programmés pour fonctionner un nombre d’heures précis. Nous pouvons aussi nous pencher sur la fragilité des produits de certaines marques poussant sans cesse à les renouveler.

La téléphonie

Personne ne peut ignorer la guerre ouverte des marques pour ce qui est de l’objet le plus inutile et le plus indispensable du moment. Le smartphone. Depuis sa création, toutes les marques proposent plusieurs modèles par an faisant passer les anciens pour obsolètes voire même,« moyenâgeux » parfois. Si le haut du pavé est réservé depuis plusieurs années aux iPhones d’Apple et à Samsung, malgré la cherté de certains modèles, c’est un secteur qui n’a presque jamais connu la crise. Pourtant, il est rare de trouver une personne dire posséder un smartphone de plus de trois ans. La plupart ne reçoivent pas de mise à jour assez tôt pour profiter de la dernière version Android, IOS ou Windows, ce qui provoque encore une nouvelle excuse d’achat. Il y a autant de gadgets utiles qu’inutiles tenant dans une seule main laissant le consommateur toujours à l’affût du dernier modèle perçu comme une part de sa propre identité. On peut féliciter les publicitaires d’avoir réussi à intégrer dans l’esprit des consommateurs la nécessité absolue de posséder un smartphone dit « fait à son image ». Il faut croire que l’on change d’image souvent, car chaque année, un nouveau modèle est censé nous rendre la vie meilleure.

Quelques autres exemples

On pourrait citer pas mal d’exemples dans l’électroménager. Cependant, il n’y a pas que les objets électriques pour qui il y a une stratégie d’obsolescence. Comment expliquer que nos grands-mères gardaient une poêle à crêpes toute une vie alors que nous sommes tous presque obligés d’en acheter une nouvelle à chaque Chandeleur. Les literies complètement fatiguées au bout de cinq ans. Les vêtements qui ne tiennent pas plus de trois lavages. Et tant d’autres choses. Autrefois, il y avait un dicton qui disait que le bon marché revenait cher. C’était tout simplement une question de choix. Parce qu’à côté, on indiquait aussi qu’un prix élevé était un prix conseillé et c’était une garantie de qualité et de solidité.

Conclusion

Aujourd’hui, il semble que la qualité ait laissé place à la nouveauté et que celle-ci se targue du droit de dominer en se justifiant d’elle-même comme nécessaire à toute chose. Il y a réellement toute une éducation à refaire pour expliquer la gravité de cette dictature de la consommation au monde entier. N’avons-nous pas assez d’ordinateurs et de smartphone pour communiquer via les médias sociaux pour cela ?

http://obsolescence-programmee.fr/


Laissez une annonce


 
×
CRÉER UN COMPTE VOUS AVEZ DÉJÀ UN COMPTE?
 
×
Vous avez oublié vos informations?
×

Go up