Boycott Ecologique

Le Boycott écologique est une solution

Tout d’abord, il est important de différencier le boycott du mouvement de protestation même si tous deux appellent à un changement dans les façons de « faire les choses ».

Alors que les mouvements de protestation sont dirigés vers des régimes ou des gouvernements, les boycotts eux sont dirigés vers des produits, des entités commerciales ou des pays. Les boycotts sont traditionnellement considérés comme des instruments de dernier recours. Ils sont également utilisés pour persuader les « puissants » de prendre des mesures qui vont dans le sens des plus démunis.

Voici les trois moyens de pression possible grâce aux boycotts.

  • La pression économique (le boycott exerce une pression économique sur une entreprise ciblée).
  • La pression d’image, le boycott peut être utilisé pour créer une image négative de l’entreprise ciblée.
  • La pression sur le process (le boycott peut être utilisé pour convaincre l’entreprise ciblée de modifier certaines méthodes).

Un moyen d’expression est l’utilisation des boycotts à l’aide de tactiques par des groupes anti-consommation dont l’objectif est de persuader les autres de ne pas fréquenter les entreprises ciblées.

Il y a différents types de boycott

boycott du travail

Les boycotts du travail sont utilisés par les syndicats en place des actions de grève. Ils sont souvent orientés vers les médias et conçus pour attirer l’attention et la sympathie des étrangers à la cause.

 

Boycott de groupes minoritaires

Ces boycotts appel à un meilleur jugement de l’extérieur, souvent utile à la compréhension de la cause,il sert à obtenir un soutien pour répondre à un problème existant. Ils peuvent être orientées vers les médias.

 

Boycott des consommateurs

Invite le consommateur à ne pas acheter une marque, ou des produits manufacturés vendus par une cible, souvent une société ou même parfois un pays.

 

boycotts religieux

Pour des raisons de de conscience religieuse, on peut s’opposer à l’utilisation de certains produits qui viennent d’endroits où l’on ne partage pas nos valeurs.

 

Boycotts écologiques

Les boycotts écologiques, contrairement aux autres formes de boycotts typiques du travail ou de consommation, sont organisés par des personnes qui n’ont pas de relations directes avec l’origine des causes (pas de liens de subordination ou idéologiques).

Les domaines concernés, peuvent être le traitement des animaux ou la dégradation de l’environnement naturel. Par exemple des groupes de personnes préoccupées par le traitement des animaux prennent pour cible des fabricants de produits cosmétique qui ne respectent pas une certaine éthique.

Parfois aussi les grands groupes pétroliers (Total Shell et Exxon) ou gaziers sont boycottés pour les dommages causés à l’environnement.

Ces boycotts ont tendance à être à la fois orienté économiquement et axé sur les médias. Ils cherchent à attirer l’attention négative sur les entreprises ciblées. Le boycott écologique invite le consommateur à ne pas acheter une marque, gamme de produits vendus par la cible,société ou pays.  Les boycotts écologiques remettent en cause la réputation, la crédibilité ou contrat social des organisations cibles.

Pour atteindre leurs objectifs, les organisateurs de boycotts font appel aux clients du produit / producteur pour qu’ils s’abstiennent de consommer leurs produits.

Les boycotts écologiques sont intéressants à plusieurs égards, tout d’abord, les personnes qui semblent être vraiment engagés sur les questions écologiques ou sur des sujets éthiques concernant les animaux sont relativement faible par rapport au reste de la population. Malheureusement il faut qu’un nombre n’important de personnes décident de retirer leur soutien financier à ces grandes entreprises pour qu’il y est un véritable impact.

De cet impact dépendra la réaction des cibles.

 

Environnement et sport : 5 marques pointés du doigt

5 marques de soins capillaires à éviter

 

Les gestes illégaux et efficaces

Écologie : les actions illégales et efficaces

Les blocages de baleiniers

Peut-on réellement blâmer une organisation qui arrive à sauver la vie à plus de 500 cétacés par an ? Non. Même si, à la vue des abordages, il n’est pas toujours facile de porter un jugement sur la manière de faire des gens de la mer, il faut savoir que ce n’est pas toujours les pacifistes écologistes qui attaquent les premiers. Les baleiniers nippons redoublent d’ingéniosité pour barrer la route à la flotte de Greenpeace. Le Sea SHEPHERD, le Bob BARKER et le Steve IRWIN sont des navires qui ont tous connu quelques attaques de baleiniers qui sont largement condamnables par, entre autres, la règle 13 du règlement international du code maritime. Une de leur stratégie consiste à lâcher des chaînes en métal de sorte à casser les hélices des navires. Le Nisshin Maru faisant partie de la flotte baleinière japonaise est un des navires reconnu être en violation du moratoire international de 1986 sur la chasse commerciale de la baleine. Il a été intercepté plus de neuf fois dans l’océan austral, dans le sanctuaire baleinier. Les adorateurs de la nature devraient se sentir beaucoup plus concernés sur cette guerre qui n’en finit plus.

 

Appels au boycott

La liste des externalités du développement non durable relative aux appels aux boycotts est assez longue. Qu’il s’agisse de pollution, du viol des droits du travail, des rejets dans les océans et sur les terres, de déforestation, d’accidents industriels… chaque boycott, au départ, a été proclamé au nom des droits de l’humain et de la nature. Malheureusement, depuis quelques années, les politiques essayent par tous les moyens de récupérer ses appels pour gonfler leurs discours stériles. Il faudra user de prudence à l’avenir et faire en sorte que ces appels au boycott restent une arme citoyenne dotée de bon sens. Que ce soit le boycott pour des grandes marques, pour certaines grandes surfaces ou pour tout autre système portant atteinte à la sécurité du citoyen ou qu’il soit responsable d’une conséquence négative au niveau écologique.

 

Appels aux sabotages

Comme pour les boycotts, les appels au sabotage sont multiples depuis quelques années. Certains s’attaquent aux rails de chemin de fer, d’autres, aux machines d’usines et on voit même des paysans déverser leurs récoltes devant la porte de certains ministères. Certains PDG sont enfermés dans leurs propres bureaux en attendant de les voir plier à la demande des travailleurs. La séquestration d’une personne responsable est une forme de sabotage. Quel que soit l’effet espéré, il est dommage qu’il faille en arriver à la force pour se faire entendre. Il est plus que certain que ce phénomène s’amplifie dans les années à venir. Il reste à espérer que des actions comme celle de Greenpeace dans les centrales nucléaires n’aillent pas au-delà de certains dangers. Il faut savoir que l’appel de ceux-ci pour l’arrêt de tous les essais nucléaires est une urgence à laquelle il faudrait apporter un peu plus écoute.

 

Arrachage des plants OGM

L’arrachage des plants OGM est une action écologique qui se fait depuis quelques années dans les quatre coins du monde. Si elle est beaucoup plus médiatisée en Europe, elle est cependant beaucoup plus fréquente dans d’autres pays. En Inde et en Amérique latine, beaucoup de paysans se sont ralliés pour combattre de la sorte des sociétés comme Monsanto qui est la cause de milliers de suicides de paysans dans le monde. Il en va de l’indépendance et de la liberté de ceux-ci. Tous les citoyens du monde devraient se sentir responsables à propos de ce sujet. Il est urgent de faire le nécessaire pour éradiquer ce genre de société qui n’ont de but que de semer la dépendance et la résignation.

 

Peindre sur les fourrures

C’est certainement l’appel le plus discret qu’il y ait eu au début des années 2000. Quelques défenseurs des animaux s’étaient amusé à peindre avec des bombes de peinture des stocks de manteau de fourrure. Certains s’étaient carrément attaqué à arroser les femmes portant leurs manteaux dans les hôtels de luxe. Quelques magasins de fourrure avaient été tagués de slogans assez sévères. L’effet a malheureusement été inverse pendant un temps, puisque la demande avait augmenté. Ils sont alors allés directement dans les élevages pour peindre directement sur les animaux vivants en cage. Cela n’avait certes pas trop plus à certains autres défenseurs des animaux trouvant la solution inadéquate. Cependant, pendant deux ans, la vente de fourrure dans le monde avait baissé de plus de 70 %. Il faudrait simplement trouver une autre solution un peu plus appropriée. La protection animale est un débat sans fin.

Pourquoi le journalisme actuel est obsolète

Déforestation : Les 6 pires entreprises responsables

Sable bitumineux : qui profite du désastre environnementale ?


Laissez une annonce


 
×
CRÉER UN COMPTE VOUS AVEZ DÉJÀ UN COMPTE?
 
×
Vous avez oublié vos informations?
×

Go up